Nos recherches s'inscrivent dans une approche systémique du comportement et du bien-être animal et sont donc de nature interdisciplinaire. Malgré un nombre important de recherches sur les mammifères marins à l'échelle internationale, il reste beaucoup de choses à étudier d'un point de vue fondamental. Nos recherches éthologiques nous permettent d'étudier les comportements sociaux, d'alimentation, de navigation, de repos et de soins parentaux chez les cétacés qui fréquentent les eaux de la région de Sept-Îles. L'éthologie contemporaine tente de répondre à quatre questions:

1- Quelles sont les causes (immédiates) du comportement?

2- Quelle est sa valeur de survie?

3- Comment s'est-il mis en place au cours de l'ontogenèse?

4- Comment s'est-il mis en place au cours de la phylogenèse?

 

Ces questions, fondamentalement légitimes, nous permettent ensuite d'identifier si les activités humaines (anthropiques) ont un impact sur le bien-être des mammifères marins, d'ici et d'ailleurs.

Le comportement, est le premier indicateur permettant d'évaluer le bien-être d'un animal. Afin d'avoir un portrait complet, la science du bien-être recherche d'autres indicateurs comme: les taux de reproduction et la longévité; la santé et les pathologies; la physiologie ainsi que l'endocrinologie et les biomarqueurs de stress comme le cortisol. Nos recherches s'attardent également à ces différents indicateurs surtout, auprès des animaux morts faisant l'objet de nécropsies complètes ou partielles.

Protocole de recherche sur les comportements


Notre protocole de recherche a été développé afin de quantifier et de qualifier les comportements pour comprendre la nature et les fonctions de ces derniers. Nous favorisons une approche de suivi individuel (focal studies) où nous tentons de détailler, à plusieurs reprises (recherche longitudinale), le comportement d'individus en particulier. Contrairement à l'approche plus populaire et traditionnellement utilisée en biologie connue comme la conservation des espèces, nos recherches ne tentent pas, dans un premier temps, de faire l'inventaire du nombre d'individus d'une population. Notre approche est plutôt centrée sur le bien-être des animaux (individus) formant une population X. La sauvegarde d'une population d'animaux est naturellement essentielle, par ailleurs, si chacun des individus formant cette population est stressé, malade et incapable de se reproduire, les efforts de conservation seront limités. 

 


 

 Les comportements que nous étudions se rattachent à six sphères d'activités: l'alimentation, la navigation, le repos, la socialisation, les soins parentaux et les comportements de reproduction. Des éthogrammes spécifiques pour chacun des comportements nous permettent, par exemple, de quantifier et qualifier le comportement d'un rorqual commun en pleine alimentation seul, avec un congénère ou encore quand un bateau est dans son secteur d'activité. Ces données d'observations sont naturellement analysées selon la date et l'heure, l'endroit géographique (position GPS), la température de l'eau, le niveau de la marée, les données météo des derniers jours, etc.




Recherche sur les carcasses de cétacés


Le réseau d'urgence et nos recherches sur le marsouin commun

                  


Les carcasses de cétacés peuvent nous fournir des informations précieuses sur l'état de santé et du bien-être de l’animal avant son décès ainsi que sur les causes entourant ce dernier.



Nous sommes donc membre et partenaire du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins qui
a pour mandat  d’organiser, de coordonner et de mettre en oeuvre des mesures visant à réduire les mortalités accidentelles de mammifères marins, à secourir des mammifères marins en difficulté et à favoriser l’acquisition de connaissances auprès des animaux morts, échoués ou à la dérive, dans les eaux du Saint-Laurent limitrophes du Québec.

http://www.cersi.org/bouee.JPG

 

C'est par le numéro sans frais que les utilisateurs et les riverains du Saint-Laurent sont invités à alerter.

Notre centre s'intéresse particulièrement aux indicateurs de santé et de bien-être du marsouin commun et nous sommes responsables d’un projet à long terme en partenariat avec le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages et la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Enfin, ce projet fait également parti d’une recherche comparative avec l’Université d’Edinburgh en Écosse.

 

 

http://www.cersi.org/cqsas-300x291.png      http://baleinesendirect.org/wp-content/uploads/2015/04/Logo_Reseau_Final_300b.png    





Évaluation des taux de cortisol